DIY – L’Horloge des moments de la journée

Ces derniers temps, Merveille s’embrouille avec les notions de temporalité.

Il me demande constamment « Et là Maman, on est le matin ou le soir ? ».

Du coup, j’ai eu l’idée de lui fabriquer une horloge reportant les moments de la journée. 20150810_181247

Ce qu’il faut….

Très simple à réaliser, il faut une imprimante, un cutter, un bâton de colle, une attache parisienne et un carton de format A4 (j’ai pris celui qui cale les bouteilles dans mes packs de lait).

Réalisation…

J’ai d’abord imprimé l’Horloge (que vous pouvez télécharger en cliquant ici), préalablement réalisée sur PowerPoint. Puis je l’ai découpé, et posé sur mon carton pour y reporter les contours.

Je les ai ensuite découpé au cutter, avant d’encoller les dessins dessus.

J’ai finalement attaché la flêche à l’aide d’une attache parisienne.

L’horloge a trouvé sa place sur notre porte d’entrée à l’aide d’un aimant que j’ai collé au dos du carton.

Condition sine qua non pour que ça fonctionne

Ne pas oublier de tourner la flêche 😉

Publicités

Quelques pages de tendresse

Lire est une activité familiale. Une passion dirais-je même. Nous avons 2 bibliothèques pleine à craquer des livres de Monsieur, et la collection de Merveille prend le même chemin. Ce n’est pas faute d’avoir fait le tri dedans, et d’avoir donner à Lumière ceux qui étaient trop « bébé » (ce qui n’empêche pas Merveille d’aller les regarder régulièrement). Bref, vous l’aurez compris, on aime vraiment ça chez nous.

J’ai donc décidé de vous faire partager nos lectures coup de cœur pour enfant. Ce sont à mon sens de vraies petites bulles de bonheur, des livres que nous affectionnons beaucoup Merveille et moi, à consommer de préférence sans modération.

+ Mon Amour +

de Pauline MARTIN et Astrid DESBORDES, édition Albin Michel JeunesseMon amour

Ce livre est le discours d’une maman à son fils. Elle lui explique l’aimer en toute situation : page de gauche, quand il fait quelque chose de bien et page de droite quand il fait moins bien dans la même situation. C’est un livre touchant qui permet aux enfants d’aborder le sujet des bêtises et celui des sentiments. Qu’une Maman (ou un Papa) peut être fâché, mais ne cesse pas pour autant d’aimer son enfant. Cela réconfortera tous ceux qui ont tendance à venir voir leur parent après une dispute en demandant « Tu m’aimes toujours ? ». Sans remettre en question mon amour pour lui après une punition, Merveille a quand même été très touché par ce livre. C’est notre préféré.

Mon amour2

+ Boîtes à bonheurs +

de Carl NORAC et Claude K. DUBOIS
boite a bonheur

La maman de Lola veut lui offrir un cadeau. Mes quelle surprise lorsque cette dernière choisit un lot de boîtes à monter soi-même. Ravie, Lola rentre et ni une ni deux se dépêche de construire ses deux boîtes. Elle les montre ensuite fièrement à sa famille en expliquant que ce sont des boîtes à bonheur, la petite pour les petits bonheurs, et la grande pour les grands bonheurs. Elle fait ensuite le tri dans ses possessions pour les ranger dans l’une ou l’autre.

Très doux et attendrissant, ce livre incite les enfants à prendre conscience de ces petits riens qui font la joie de vivre et que l’on savoure avec bonheur chaque jour : un ancien doudou, un jolie caillou trouvé sur plage, une fleur cueillie dans le jardin, un dessin… tout ces petits trésors, Lola les niche dans ses boîtes, comme on les capture dans notre cœur pour toute la vie. Ce thème permet de prendre conscience qu’une chose apparemment insignifiante peut avoir une valeur très précieuse à ne pas négliger. Une bonne leçon que même les adultes ont tendance à oublier 😉

boite a bonheur 2

+ Lou pti loup est jaloux +

d'Antoon KRINGS
Lou

Les bébés c’est super mignon… surtout chez les copains ! Lorsque Lou pti loup devient grand frère à son tour, il part bouder dans sa chambre et réfléchi à un moyen de se débarrasser de cette nuisance qui lui vole l’attention de ses parents et fait trop de bruits. Il profite alors d’un moment d’inattention pour prendre son petit frère et l’emmener dans les bois où il l’abandonne… avant de se rendre compte quelque pas plus loin de l’énorme erreur qu’il vient de commettre « Mais que vont dire Papa et Maman ? », ni une, ni deux, il fait immédiatement demi-tour pour le récupérer et s’excuser en le serrant fort dans ses bras.

Je trouve que c’est un très bon livre pour parler de l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur, et des sentiments mitigés que sa présence procure à un enfant. Car même si l’aîné(e) aime bébé, ça n’empêche pas les mille et une raisons d’être jaloux-se. Quel enfant n’a pas rêvé l’espace d’une journée de voir sa petite sœur ou son petit frère disparaître ? Ce conte permet aux enfants d’aborder plus sereinement ce sujet qu’ils peuvent avoir du mal à exprimer, et d’en réaliser les conséquences, le tout en toute tendresse.

J’affectionne globalement toute la collection des Lou P’tit Loup, excepté le premier. Il y en a 4 de parus et un 5ème est prévu pour fin août.

Lou2

Les avez-vous déjà lu ? Qu’en avez-vous pensé ? Si vous avez d’autres livres à partager, n’hésitez pas à les faire connaître, notre petite famille sera ravie de les découvrir 😉

[Test] Développer leur odorat

Comme je le disais dans l’article précédent, j’adore les enseignements de type Montessori où l’on développe les capacités de l’enfant de manière ludique et surtout en fonction de la sensibilité de l’enfant.

Bref, ça donne l’achat de jeux quelque peu atypiques. Pour ses 3 ans, nous lui avions offert le Loto des odeurs de la nature de Nature & Découverte.

wpid-20150601_180712.jpg

Le principe

Il contient 30 petites boîtes à sentir. Un bouchon sur les boîtes permet de minimiser l’évaporation des huiles essentiels contenues dans les billes.

Vous ôtez le bouchon, sentez et devez deviner quelle odeur est-ce. Pour connaître le résultat, il vous suffit de retourner la boîte, le nom de l’essence est inscrit au dos.

Il faut ensuite retrouver sur les cartes à loto, à quelle image est associée la senteur. Le premier à remplir sa grille a gagné.

Avis sur le jeu

C’est un jeu vraiment sympathique et ludique. Il permet de développer l’odorat des enfants, autant que celui des parents. C’est un sens bien souvent négligé, il est donc agréable de le voir ainsi mis à l’honneur pour une fois.

Il favorise réellement l’apprentissage, puisque sur les 30 odeurs, Merveille arrive désormais a en reconnaître 50%.

Le plus du jeu : l’enfant mémorise en sus les visuels et apprend ainsi à reconnaître à quoi ressemble la cardamone, ou le magnolia… etc.

Le temps du jeu n’est pas très long (environ 15 minutes max) ce qui est un atout pour les jeunes enfants dont l’attention est éphemère.

Bref, j’en suis ravie. Le seul hic néanmoins, un an après, certaines odeurs ont tendance à s’affadire, tel que le saumon par exemple, qui a pourtant une odeur très prononcée. Il est donc à gager que l’ensemble ne tiendra pas dans le temps. Dommage.

Bien choisir son Assistante maternelle

Dans une société où place en crèche rime avec parcours du combattant, la plupart des parents n’ont pas d’autre choix que de recourir à une assistante maternelle. Je suis bien placée pour le savoir puisque la crèche nous a débouté pour les 2 garçons.

wpid-20140923_152837.jpg

Assistante maternelle Kesako ?

Que ce soit une personne qui garde plusieurs enfants chez elle, ou une qui vient garder exclusivement notre enfant chez nous, ça reste quelqu’un en qui nous devons placer toute notre confiance. Nous lui confions le bien-être et même la vie de notre bien le plus précieux, ce qui est énorme. Il est donc primordial de ne pas choisir à la légère, d’autant qu’au fond, ce n’est autre qu’une complète inconnue à qui on va confier notre enfant.

Mais si il est facile de savoir quelles questions poser quand c’est notre deuxième enfant ou plus, lorsqu’on est primipare, mener un entretien n’est pas de tout ressort. On a aucun aperçu de ce qui se passe dans une journée

Quelles questions poser ?

Comment déterminer si la personne n’est pas trop cher ? Si elle va lui offrir une éducation interessante ? Tellement de questions à poser, qu’on ne sait plus vraiment où donner de la tête.

Voici donc un petit récapitulatif pour vous aider à vous y retrouver.

La régle n°1 c’est de séléctionner plusieurs Assistante Maternelle (ou AssMat) dans le listing que vous aura fourni la PMI de votre ville. Vous planifiez un entretien avec chacune d’entre elle et réalisez un tableau comparatif que vous remplissez à la fin de chaque rendez-vous. Ainsi vous pourrez évaluer les points positifs et négatifs et déterminer laquelle vous paraît être la meilleure nounou pour votre enfant.

En tout premier lieu viennent les questions purement matérielles :

  • le coût total comprenant les indémnités d’entretien, celles de repas et le coût horaire permettant de déterminer le brut et le net global
  • le lieu de garde: appartement ou maison, présence d’un jardin, escaliers (qui peuvent être source d’accident), quel espace pour que l’enfant puisse se mouvoir, l’emplacement de la nounou est-il sur votre chemin vers le travail ou trop excentré ?
  • les conditions de garde : présence d’animaux (risque d’allergie et d’agressivité de l’animal), combien d’autres enfants (mon avis personnel qui n’engage que moi est qu’avec 1 ou 2 agréments, l’enfant risque de s’ennuyer car pas assez de « copains », mais au dessus de 3 agréments, il y a risque de négligence car je pense qu’on ne peut s’occuper correctement d’autant d’enfants) ,
  • Les congés afin de déterminer si ceux de la nounou sont en accord avec les vôtres.
  • Les horaires de garde sont-ils compatibles ?
  • Les repas peuvent-ils être fournis par vous ? Sont-ils à base de petits pots ou la nounou cuisine-t-elle ?

Puis viennent les questions plus centrées sur l’éducation :

  • La nounou a-t-elle pour habitude de sortir les enfants ? Au RAM, à la bibliothèque, au parc, au Dojo, à la ludothèque…etc. Si elle répond qu’elle les emmene souvent au parc, j’ai tendance à entendre qu’elle va rencontrer ses copines au parc sans vraiment s’occuper des enfants. Sinon les sortir au moins 1 heure par jour me semble nécessaire pour les faire changer d’air
  • Leur fait-elle regarder la télé ? Personnellement je suis contre, et j’ai une nounou qui m’a répondu qu’elle faisait regarder la TV aux enfants 1 heure par jour…
  • Comment le contact passe-t-il entre bébé et la nounou ? A-t-elle demandé à l’avoir dans les bras pendant l’entretien ? Comment a réagit bébé ?
  • Comment se comporte la nounou avec les autres enfants présents pendant l’entretien ? S’en occupe-t-elle ou les néglige-t-elle sous pretexte qu’elle discute avec vous ?
  • Les enfants gardés sont-ils tous dans la même chambre (risque que les enfants perturbent leur sommeil entre eux car n’ont pas tous les mêmes rythmes).
  • S’adaptera-t-elle au rythme de bébé ou impose-t-elle le même rythme à tout le monde ? Les premiers temps bébé à son rythme bien à lui et lui en imposer un est mauvais pour la santé. Malheureusement la nourrice de Merveille lui imposait un rythme car celui de mon fils n’était pas en accord avec les horaires de ses enfants qu’elle allait chercher à l’école, ce qui a finit par détraquer son ryhtme.
  • Comment se déroule l’adaptation ? Combien de jours, quelle tranches horaires ? Avec parents la prmière fois ou directement sans ?
  • Prend-t-elle les enfants malades ? Si oui, risque de contamination pour votre enfant à chaque enfant malade qu’elle acceptera. Si non, quelles maladies refuse-t-elle ? (en général c’est les maladies contagieuses et gastro qui entrainent le refus de garde). Attention : sachez que vous avez le droit à 6 jours (me semble-t-il) non payés d’absence maladie de l’enfant en échange d’un justificatif médical fourni à votre nounou dans les 48H.
  • A-t-elle des enfants scolarisés ? Si oui, va-t-elle les chercher à l’école matin, soir, midi ? A pied ou en voiture ? Pour vous rendre compte des sorties qu’elle fera faire à votre enfant.

Voici donc une liste non exhaustive. A vous d’ajouter les questions qui vous semblent pertinentes.

Exemple de tableau comparatif

Je vous met une copie du tableau que j’avais réalisé pour la nounou de Lumière. Bien entendu j’ai enlevé les coordonnées des personnes, mais les informations fournies en dehors de ça sont réelles. Nous nous sommes finalement fixés sur la première qui est en violet et à l’heure d’aujourd’hui, nous considérons avoir trouvé THE nounou, la perle rare dont on entend si souvent parlé mais ne trouve jamais.

Entretien AssMat

La déco du baptême – DIY sur le thème Hiver

Peu de chose à dire, mais plutôt beaucoup à montrer. L’évènement est passé, et s’est merveilleusement bien déroulé. Un agréable moment, de magnifiques souvenirs, des liens familliaux recollés. C’était une journée d’Amour et de pardon.

Encore une fois je ne peux qu’en venir à cette conclusion : Merci Lumière d’être né, d’être là. C’est grâce à lui, via son baptême, que ces liens ont pu se recoller, qu’une petite soeur a été « retrouvée », et c’est un merveilleux cadeau qu’il me fait une fois de plus. Je ne mérite pas tout le bonheur qu’il m’apporte.

Pour la décoration, j’ai cherché l’essentiel de mes idées sur Pinterest, sur le thème de l’hiver, que j’ai ensuite mis en pratique. Voilà le résultat.

ensemble

neige 2

interieur pot

pot

serviette

menu

neige 1

 

Préparation du baptême #1

En ce moment, à la maison c’est un peu le branle bas de combat depuis deux semaines car nous sommes en plein préparatifs pour le baptême de Lumière. C’est un évènement assez chronophage, aussi bien sur les actions à mener en coulisse que sur le baptême en lui-même.

Concrètement comment ça se prépare ?

Dans ma famille, les baptêmes ont toujours donné lieu à de grandes festivités avec toute la famille d’invitée. Un peu comme un mariage. Personnellement on a pas trop les moyens, du coup pour Lumière on fait comme pour Merveille : comité restreint comprenant les grands-parents + oncles/tantes + cousins/cousines du futur baptisé (ce qui fait tout de même une vingtaine d’invités, enfants compris).  Même si cela ressemble plus à un grand repas de famille, cela nécessite malgré tout une certaine logistique. Voici un petit check-up des actions à mener « en coulisse » pour la journée en elle-même. Je ferai un autre billet ultérieurement pour expliquer comment se prépare la cérémonie de baptême en lien avec l’église.

20141129_172542

Logistique

– Faire la listes des invités en notant le nombre de personnes totales mais aussi le nombre de cellules familiales (ex: un couple avec 2 enfants = 1 cellule)

Le faire-part

– Choisir le faire part d’invitation ou le faire soit-même.

– Suivant la période de l’année choisie pour le baptême, l’envoyer entre 1 et 6 mois avant le jour J. Comme nous baptisons Lumière le 20 décembre, il a donc fallu prévenir les invités suffisamment en avance car cela tombe sur les vacances de Noël.

IMG_1776

Le repas

Choisir quels plats seront servis et établir sa liste de course en fonction. (si on fait un plat pour la première fois, ne pas hésiter à le tester en amont, histoire de ne pas se retrouver avec un plat aux goûts étranges le jour J).

– Essayer de prévoir des plats qui se cuisinent un maximum la veille pour avoir à en faire le moins possible le jour même, on est bien assez occupés comme ça.

Créer le menu et l’imprimer.

La déco

Établir un thème de décoration (le baptême de Lumière sera sur le thème de l’hiver et de la neige)

Glaner sur le net via Google ou Pinterest des idées de DIY ou acheter tout fait.

Préparer suffisamment à l’avance tout ce dont on aura besoin pour la réaliser (non, ne pas lorgner sur la date du 19 décembre ! S’y mettre la veille au soir n’est pas une bonne idée)

Passer à l’action à coup de colle, de ciseau…etc (de chewing-gum et voilà je viens de créer une tablette à la MacGyver !)

L’installer la veille au soir une fois les enfants couchés (si je veux qu’il en reste autre chose le lendemain qu’un amas chaotique jonchant le sol).

Pour la cérémonie

– Acheter la tenue de baptême, ou plutôt recycler celle du grand frère.

– Ne pas oublier de se choisir une tenue pour soit (« Chéri, je n’ai plus rien à me mettre !!!!! »)

– Se concerter avec la Marraine et le Parrain pour l’achat de la médaille.

– Le cierge, c’est bon pas besoin d’y penser c’est fourni par l’église chez nous (mais ça dépend des paroisses).

– Les livrets de cérémonies sont à taper puis à imprimer et relier.

– Ne pas oublier l’offrande pour l’église à la maison le jour J comme on avait fait au baptême de Merveille. Obligés de demander un chèque à ma sœur aînée ce jour là, on avait un peu honte…

– Remplir la batterie de son appareil photo pour ne pas se retrouver en rade le moment venu.

 IMG_1767

Reprendre les études en étant maman

Être maman, c’est être toujours disponible pour son enfant. Avoir très peu de temps pour soi. Et ce petit îlot de pause, on en profite généralement pour se délasser,  prendre soin de soi, s’aérer l’esprit ou ranger la maison.
Alors avec un emploi du temps aussi charger qui pourrait espérer reprendre des études ?

Pourquoi les reprendre ?

J’avais arrêté les études après l’obtention de mon BTS tourisme suite à une promesse d’embauche dans le musée où je venais de faire mon alternance pour un métier que j’adore. Pourquoi donc continuer les études alors que mon avenir professionnel était tout tracé ? Croyant dur comme fer à cette promesse avec Prince charmant, nous avons même lancé Merveille. Mais malgré la volonté de mes chefs à me garder, une campagne de suppression des postes en CDD a été lancé par le Ministère; le mien n’a alors pas fait exception.
J’ai eu la chance de trouver un boulot malgré ma grossesse et je suis encore à ce poste. Le seul hic : je déteste mon job !
Or si je ne voulais pas y rester coincée toute ma vie et avoir une chance de retourner un jour bosser dans un musée, je n’avais pas le choix : il me fallait reprendre mes études.

Et je l’ai fait

Pourtant ne m’imaginer pas en super warrior, je suis une paresseuse dans l’âme. Une vraie de vraie ! J’ai cherché sur internet si il existait en France une licence de médiateur culturel à distance, et j’ai eu la chance que ce soit le cas. En effet je ne pouvais choisir une licence classique en devant aller travailler en même temps, car les factures n’allaient pas se payer avec le seul revenu de Monsieur.
Merveille avait 1 an à l’époque. Et il était hors de question que je prenne sur son temps pour bosser. Le soir j’allais le récupérer chez sa nounou, je jouais avec lui pendant 1 heure puis lui donnais son bain, son repas et le couchais pour la nuit. Nous mangions ensuite Prince charmant et moi, et après seulement je consacrais le reste de ma soirée à bosser mes cours.
Je bossais également le midi sur ma pause de déjeuner et dans les transports matin et soir. Mais il faut avouer que je n’avais pas la sensation de « bosser » à proprement parlé. J’étais surexcitée à chaque lecture de cours comme lorsque vous ouvrez enfin un livre que vous attendiez de lire depuis une éternité. C’était un vrai plaisir pour moi, d’autant que les cours étaient très bien écris par les différents profs.
Au final, j’ai juste eu à me rendre sur place 2 jours à la fin de l’année pour y passer les examens et rendre le mémoire de licence. Je l’ai finalement obtenu mention bien avec fierté car je ne m’en serai jamais cru capable. Cette année-là fut difficile, je ne le nierai pas, et je n’ai toujours pas changé de boulot car une licence seule ne suffit pas. Mais je bosse actuellement les cours du Master de Médiation culturelle grâce à ma merveilleuse Hachi qui m’envoie ses cours et je ne désespère pas d’ici 1 an ou 2 de pouvoir le passer en vrai. 😉

Il est toutefois regrettable

Ce procédé d’études à distance est un concept encore peu répandu dans les filières sortant de l’ordinaire. On le trouve beaucoup pour l’anglais, la psychologie, ou l’informatique… Les filières les plus empruntées en fait. Ce qui est dommage car si cela devenait une pratique plus répandue, ça permettrait des reconversions professionnelles plus facilement.

A university diploma

Le thermomètre à comportement

Depuis la rentrée, nous étions confrontés à de violentes crises de furie de la part de Merveille. Non, ne t’inquiètes pas, je ne vais pas faire un doublon de cet article là, je veux juste parler de la solution que nous avons trouvé pour y remédier : le thermomètre à comportement.

wpid-20141015_171753.jpg

Merci les DIY d’HysterikFamily

Comme toute maman blogueuse, j’aime me balader sur la toile et lire les blogs d’autres parents. J’ai une préférence pour ceux empreint de douceur. Parmi ceux-là, un que j’aime beaucoup est celui d’HysterikFamily. Et en plus d’être un blog très sympathique, son auteur, Hysterikmum, est une super dessinatrice qui publie régulièrement des DIY fait à base de ses dessins : mémory, puzzle, etc…

C’est donc en lisant son article sur les règles de la maison, que j’ai eu l’idée de faire pareil pour Merveille. Bien entendu, je n’ai pas fait exactement le même et l’ai plutôt adapté aux besoins de mon petit prince. Surtout que je me suis rendue compte que ce qu’on lui disait à l’oral rentrait par une oreille et ressortait par l’autre, et qu’en effet étant plus visuel comme moi, des dessins pourraient vraiment nous aider à lui transmettre les règles. Cette idée de tableau était donc une excellente idée à tester.

Comme j’en ai déjà parlé auparavant, je suis nulle en dessin, j’ai donc repris les dessins d’Hysterikmum qu’elle fournit gentiment ici et les ai  adapté aux différentes crises de Merveille : lorsqu’il jetait des objets, nous tapait ou dernièrement faisait volontairement pipi au lit pour nous défier (il a quand même sorti à son père qu’il faisait exprès pour avoir une excuse pour sortir du lit…).

J’ai ensuite créer un thermomètre pour chacun avec des smiley rouges pour les mauvaises actions et verts pour les bonnes. Lorsque un thermomètre est plein de vert, il a le droit à la TV, un cadeau ou de jouer sur la tablette en fonction du thermomètre correspondant. Sinon à l’inverse il est plein de rouge, il est privé de la récompense qui y est lié pendant 1 semaine.

Alors ça fonctionne ou pas ?

Quand j’ai présenté ce tableau à Merveille, il a tout de suite compris le fonctionnement. Puis il a non seulement sourit mais il m’a aussi pris dans les bras en me disant « merci maman! ». Heureusement que j’étais assise sinon je serai tombée sur le c**.

Mais surtout, depuis il n’y a eu qu’un ou deux petits dérapages en 3 semaines !!!!! Et dès qu’un post-it bleu vient entacher le tableau, il est catastrophé. Vous n’imaginez pas le bien être retrouvé à la maison grâce à ce tableau. 😀

 

Il faut se mêler des oignons

Un titre bien accrocheur pour parler d’un super remède !

Depuis plus d’un an une amie me conseillait un remède de grand-mère à chaque fois que je lui disais que Merveille avait une toux d’enfer : Mettre un oignon sous son lit pendant la nuit.

Comment l’oignon m’a convaincu

Quelque peu sceptique sur l’efficacité du procédé, bien que cette personne ne jurait que par ça, je ne l’avais encore jamais testé.

Puis il y a un mois, Merveille était pris d’une quinte de toux en pleine nuit qui durait depuis plus d’une heure et empêchait tout le monde de dormir. Après avoir fait médocs, ventoline, lit surélevé par une tonne de coussins, cuillère de miel… etc; à bout de ressource, j’ai fini par tenter le tout pour la toux 😉 et j’ai cédé au test de l’oignon.

Et bien qu’elle ne fut pas ma surprise en constatant que dix minutes plus tard sa toux se calmait définitivement. Les jours suivants j’ai recommencé et il ne fut plus dérangé (hormis l’odeur naturellement). Après ça j’étais déjà bien convaincue, mais on ne sait jamais des fois que cela fut dû à un coup de chance…

Le retour du pouvoir de l’oignon

Il nous a finalement remis ça ce week-end. Car les conséquences de la rentrée scolaire font que depuis début septembre, il n’a été en bonne santé que le temps d’une semaine.

Donc dans la nuit de samedi à dimanche, c’est reparti en vrille avec une quinte de toux toutes les 30 secondes sans exagérer. J’ai recommencé ma ronde des solutions traditionnelles, mais même en restant assis ou debout, sa toux refusait de se calmer. Ni une, ni deux, j’ai ressorti Super oignon à la rescousse ! Et ben il n’y a pas à dire, c’est officiel : Ça fonctionne vraiment !

20131025045341_super_oignon

Merci donc la super copine qui m’a refilé le tuyau, que je vous transmet à mon tour parce qu’un remède de grand-mère comme ça, ça se partage 😉

crédit image :  DrSTein de http://www.forum-dessine.fr/

L’After Mum to Be Party spéciale césarienne

Je vous en ai déjà parlé à maintes et maintes reprises, que ce soit dans l’article que j’y ai consacré ou bien parce que je le mentionne constamment dans mes articles ici ou . Le site de Mum-to-be Party est pour moi est une vrai perle que j’ai découvert pendant ma seconde grossesse. Consacré au bien-être des futures et jeunes mamans, il est bourré d’excellents conseils et de bons plans, mais la cerise sur le gâteau reste les événements à thème que Christel et son équipe organisent régulièrement à Paris, Nantes, Marseille…
Ayant eu une grossesse compliquée, je n’ai pu m’inscrire à l’un des événements Mum-to-be Party, mais quand j’ai vu qu’elles planifiaient une After spécial césarienne, ni une ni deux j’ai sauté sur l’occasion.
Je vais vous décrire succinctement ce qui s’y est déroulé pour que vous vous en fassiez une idée mais je vais surtout m’attarder sur ce que ce type d’événement peut apporter. Pour un vrai compte-rendu de la rencontre avec les conseils qui y ont été prodigués, je vous conseille d’aller directement sur leur site où y est publié un article après chaque Mum-to-Be Party ou After Mum-to-Be Party.

Présentation succincte de l’événement

Première session organisée la matinée du mercredi 8 octobre à l’institut Bernadette de Gasquet à Paris, où les « mums » étaient chaleureusement accueillies avec de grands sourires, un badge nominatif pour chacune et un petit buffet thé-gâteaux (dont des gâteaux trop choux en forme de chat que je n’ai osé goûter tellement ils étaient mignons). Réparties dans 3 groupes dont 2 spéciale césarienne, nous avons assisté à 3 ateliers différents.
1- Le premier « voyager avec bébé » m’a vraiment surprise de par toutes les informations que j’y ai apprise, moi une multipare qui se pensait renseignée à bloc sur le sujet. Et ben non ! Comme quoi… 😉 Animé par Anaïs, baby planer et l’une des membres de l’équipe MTBP, tous les sujets y étaient abordés : voyage en train, en avion, en voiture; optimiser le sac à langer et comment occuper son enfant.
2- Ensuite on enchaînait avec l’atelier « Soin du corps », présenté par Aline, représentante de la marque Avène. Là la vraie discussion « césarienne » commençait. Y fut présenté comment prendre soin de sa cicatrice bien entendu, mais aussi comment l’aborder. Car si il est facile de dire qu’il faut en prendre soin, cela n’empêche pas une certaine appréhension à y apposer un soin quel qu’il soit, voir à simplement entrer en contact avec cette zone de notre corps meurtrie physiquement et qui peut aussi nous meurtrir symboliquement de par sa présence. Petit plus de l’atelier : une séance de conseils maquillage personnalisés. Du vrai chouchoutage 🙂

wpid-20141008_105146.jpg

3- Un « atelier bien-être » où une séance de yoga était prodiguée pour aider les « Mums » à améliorer leur périnée -pour contrer les douleurs liées à la césarienne- et le dos -pour les douleurs liées au portage de bébé- grâçe à des périnées expires et fausses inspirations entre autre.

wpid-20141008_111100.jpg

Le bien être prodigué par l’événement

Outre le moment de bichonnage qui est très agréable en soit : l’accueil bien sympathique, se faire conseiller, être écoutée dans nos questionnements, se faire maquiller, les cadeaux de fin (le pochon MTBP et le badge « Bichonnez moi » qui sont extra, mais aussi des produits Avène et une peluche Kiddy).

wpid-20141008_145224.jpg

La valeur ajoutée est l’ambiance de l’évènement : Un moment entre mamans, qui en plus étaient pour la plupart césarisées. Pouvoir discuter entre nous de ce sujet qui est tabou partout ailleurs était vraiment un bien être non négligeable. Et en plus, on a reçu des conseils bien être post-accouchement spécialement dédiés à notre « condition ». Et bien je peux vous dire que c’était vraiment agréable !

C’est pourquoi je ne peux qu’envoyer un énorme merci à Christel et son équipe pour cet AMTBP qui était vraiment super ! Et surtout conseiller ces évènements à toutes les futures et jeunes mamans : Courez vous faire bichonner ! 😉